Accueil > Surveillance sismique > Le réseau instrumental dans le Nord-Est de la France

Le réseau instrumental dans le Nord-Est de la France

L’Observatoire Sismologique du Nord-Est de la France a pour mission d’assurer l’acquisition de données sismiques de bonne qualité, à partir de plusieurs types dʼinstruments installés dans la région.

Actuellement, le réseau de stations compte 13 stations vélocimétriques courte- période ou large-bande, et 17 stations accélérométriques en Franche-Comté, Alsace et Lorraine. La répartition des stations est loin d’être homogène, puisqu’elle sont principalement concentrées autour du Fossé Rhénan, correspondant à la zone la plus active sismiquement. La sélection des sites est faite de façon à localiser (position épicentrale et profondeur) avec la meilleure précision possible les séismes affectant la région, mais aussi en fonction des contraintes du terrain (du rocher donnera des meilleurs signaux, éloignement des zones d’activités etc). Les signaux, enregistrés pour la plupart en continu, sont envoyés par différents moyens de communication (lignes téléphoniques, ADSL, 3G, satellite) vers le site central du Réseau National de Surveillance Sismique.

 -

Actuellement lʼensemble de ces réseaux connait une évolution très rapide. Lle projet de ʻTrès Grande Infrastructure de Rechercheʼ du Réseau Sismologique et géodésique Français (ReSiF) a pour mission de mettre en place un réseau dense et homogène de station vélocimétriques large-bande sur lʼensemble du territoire métropolitain.
En parallèle, dans le cadre du projet EGS-Alsace (ADEME, ES et EOST), huit nouvelles stations sont prévues dans les prochains moins (une existant déjà), pour améliorer la détection de séismes de magnitude inférieure à 1.5 dans toute la région Alsace, et notamment les séismes naturels mais aussi d’origine anthropique (forages, industries).

De plus, de par sa localisation, la surveillance sismique de la région Nord-Est implique lʼutilisation des signaux enregistrés par les réseaux trans-frontaliers. LʼEOST est responsable des stations françaises et partage les données avec ses partenaires voisins (Suisse, Allemagne, Belgique).

Informations Relatives :
Pages Pédagogiques du Musée de Sismologie de Strasbourg - Visiter

1er septembre 2014