Accueil > Sismicité régionale > Sismicité instrumentale

Sismicité instrumentale

Le terme de ’sismicité instrumentale’ est utilisé pour désigner les tremblements de terre dont les ondes ont pu être enregistrées par des instruments géophysiques.

Le premier enregistrement sismique date de 1889 à Postdam, et notre région a été dotée très tôt de sismomètres, notamment à Stuttgard et à Strasbourg à partir de 1892. C’est seulement à partir des années 60ʼ que les réseaux de sismomètres commenceront à être développés, permettant d’obtenir une bonne localisation des épicentres.

Les annales géophysiques de l’institut de Physique du Globe de Strasbourg sont disponibles sur le site France Séisme. Les temps d’arrivée et les descriptions des effets des séismes y sont reportés depuis 1922.
En France, les catalogues de sismicité instrumentale commencent à être fiables à partir du début des années 1960. On notera notamment le récent catalogue SI-Hex. Il sʼagit d’un catalogue homogène des séismes enregistrés sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Catalogue SiHex pour la période 1964-2009 - Carte issue des données du catalogue SI-Hex : sismicité Instrumentale de l’Hexagone pour la période 1962-2009, 2014
Catalogue SiHex pour la période 1964-2009

La région de Bâle-Mulhouse

La région de Bâle-Mulhouse est la région la plus active, puisque de nombreux séismes de faible magnitude sont enregistrés tous les ans.
La crise sismique du Sundgau, ou de Sirentz, du 15 Juillet 1980 a été marquée par une séisme de magnitude ML=4.9, et une longue série de répliques, jusquʼà lʼété 1981. Les séismes se sont alignés sur en bordure du horst de Mulhouse-Altkirch.
On notera aussi le séisme du 1er février 1997 de ML=3.7, localisé au sud-est de Mulhouse.
Enfin, un série de séismes de magnitude atteignant ML=3.4 furent enregistrés, et ressentis par la population en 2008. Ces événements furent induits par lʼexploitation géothermique dans la ville de Bâle.

La sismicité de lʼaxe Epinal - Remiremont - Luxeuil-les-Bains

La région située à l’ouest des Vosges a connu plusieurs crises sismiques durant les dernières décennies.
En 1973, une séquence sismique fût enregistrée, avec un choc majeur le 22 février de magnitude ML=3.4.
En 1984, la crise de Remiremont fût marquée par l’occurrence d’un séisme de magnitude ML=4.8.
Enfin, le choc le plus important de la région eût lieu le 22 février 2003, avec une magnitude M 5.4. La crise de Rambervilliers consista en un très grand nombre de répliques pendant les mois qui suivirent.
Une sismicité régulière, mais faible, est depuis enregistrée dans la région de Rambervilliers.

Le Jura

Le séisme de Roulans eût lieu le 23 février 2004, avec une magnitude de 5.1. Contrairement au séisme de Rambervilliers, il fût marqué par la quasi absence de réplique les jours et mois qui suivirent.

Le Fossé Rhénan

Après le séisme dʼAlbstadt de ML=5.7 en 1978, la bordure orientale du Fossé Rhénan connût le séisme de Waldkirch, en Allemagne le 5 décembre 2004. Avec une magnitude 5.2,cet événement fût suivi dʼun grand nombre de séismes. Une sismicité régulière est localisée régulièrement dans cette partie de la région.

La région de Strasbourg-Karlsruhe

La sismicité de cette région est actuellement faible et régulière. Un grand nombre d’événements est détecté par le réseau régional mais aussi les réseaux locaux de surveillance des sites géothermiques. Une partie de ces événements de faible magnitude sont induits par l’activité de ces sites, notamment les phases de stimulation, mais la magnitude maximale n’a jamais dépassée 3.0.
On notera par ailleurs l’existence d’un essaim de séismes régulièrement enregistrés dans la région de Rastatt, en Allemagne, là où les crises de 1737, 1787 et 1933 ont été les plus ressenties.

Bibliographie :

  • Audin, L., Avouac J.-P., Flouzat M., and Plantet J.-L. (2002). Fluid-driven seismicity in a stable tectonic context : the Remiremont fault zone, Vosges, France. Geophys. Res. Lett., 29.
  • Bonjer, K. (1997). Seismicity pattern and style of seismic faulting at the eastern boderfault of the southern Rhine Graben. Tectonophys., 275, 41-69.
  • Deichmann N., and Giardini D. (2009). Earthquakes induced by the stimulation of an enhanced geothermal system below Basel (Switzerland). Seism. Res. Lett., 80, 784-798.
  • Giardini D. (2009). Geothermal quake risks must be faced. Nature, 462, 848-849.
  • Got, J.-L., Monteiller V., Guilbert J., Marsan D., Cansi Y., Maillard C., and Santoire J.-P. (2011). Geophys. J. Int., 185, 365-384.
  • Haessler, H., Hoang-Trong P. (1985). The Remiremont (Vosges) seismic crisis of December 1984 and regional tectonic implications. C.R. Acad. Sc. Paris, 300, 671-675.
  • Lopes Cardozo G., Edel J.B., and Granet M. (2005). Detection of active crustal structures in the Upper Rhine Graben using local earthquake tomography, gravimetry and reflection. Quatern. Sci. Rev., 24, 337–344. Maury J., Cornet F, and Dorbath L. (2013). A review of methods for determining stress fields from earthquakes focal mechanisms ; Application to the Sierentz 1980 seismic crisis (Upper Rhine graben). Bull. Soc. Géol. Fr.,184, 319-334.
  • Rouland, D., Haessler, H., Bonjer, K. P., Gilg, B., Mayer-Rosa, D., & Pavoni, N. (1980). The Sierentz southern Rhinegraben earthquake of July 15, 1980 : Preliminiary results, paper presented at the 17th Assembly. Eur. Seismol. Comm., Budapest.

1er septembre 2014